logo

ALMOST DEAD

09 novembre 2016 03 décembre 2016

Vernissage le 09 novembre 2016
de 19:07 Ă  21:09

  « Nous serons les pires crĂ©atures du règne animal si nous persistons Ă  croire que nous sommes les meilleures ». - GAMARD -     Antoine Gamard est un artiste français nĂ© en 1977 Ă  Paris. Il est diplĂ´mĂ© de l’École nationale supĂ©rieure des Beaux- Arts de Paris.   En 2010, il s’installe Ă  Toulouse et dĂ©veloppe un travail abstrait portant sur la superposition des motifs et des Ă©critures. En combinant les mots, il exprime le tout que forme chaque chose. Le tag sature la toile de sorte que sa lecture devient un exercice laborieux, une devinette oĂą les repères formels sont abolis. Si la lettre fournit l’unitĂ© de base du langage, elle est immĂ©diatement prise dans le jeu d’une fusion entre le signifiĂ© et le signifiant, la forme et le contenu, oĂą s’abolissent les frontières du distinctif et du significatif.   Gamard partage une expĂ©rience sensible et sensitive chargĂ©e d’images et d’émotions. En imbriquant les signifiants aux signifiĂ©s afin de confondre la forme et le contenu, le tag dĂ©-clĂ´ture les espaces de Sens. Le langage peut dire ce qui n’est pas. Il n’est pas un simple instrument.   L’exposition Almost dead marque le retour au figuratif. Gamard intègre dans ses toiles des reprĂ©sentants du règne animal qui s’inscrivent, tel un collage surrĂ©aliste, dans un dĂ©cor urbain tissĂ© de graffitis. C’est un monde onirique qu’il dĂ©peint oĂą l’émerveillement face Ă  la CrĂ©ation s’oppose Ă  notre contemporanĂ©itĂ©. Une opposition de façade puisque ces deux Ă©lĂ©ments ont en commun le caractère Ă©phĂ©mère de leurs essences. Plus rĂ©cemment, les animaux sauvages ne sont plus superposĂ©s aux graffitis mais fondus Ă  l’intĂ©rieur. Les contours deviennent blancs, ils sont la page blanche, l’absence, tandis que les graffitis retrouvent leurs couleurs et que le fantĂ´me de la Nature surgit, rendu Ă  lui-mĂŞme par des signifiants empilĂ©s jusqu’au vertige.   D’un point de vue esthĂ©tique enfin, Antoine Gamard cherche Ă  donner Ă  sa peinture la forme la plus Ă©laborĂ©e et la plus harmonieuse possible, afin qu’elle soit un pur « objet de dĂ©lectation ».